Le covoiturage dans l'Arc jurassien

Découvrez notre carte interractive

Par ici
Football/Coupe de France (8e tour) Tim Journot aurait pu être l'homme providentiel
28 novembre 2021

Football/Coupe de France (8e tour) Tim Journot aurait pu être l'homme providentiel

Sport

Meilleur buteur mortuacien cette saison, Tim Journot (22 ans) aurait pu faire basculer la partie en faveur du FCMM à la fin du premier quart d'heure.

Ses yeux, rougis et embués, trahissent sa déception. Le réconfort de ses proches, une tape amicale par-ci, par-là, Tim Journot retrouve peu à peu le sourire. « On peut avoir des regrets. Personnellement, j'en ai… », souffle-t-il.

Le virevoltant milieu offensif mortuacien, installé côté gauche, le sait mieux que quiconque, il aurait pu être le héros de ce match. Auteur de trois buts en huit journées de N3 et de sept réalisations en cinq matches de Coupe avant la réception de Dijon, Tim Journot avait le profil de l'homme providentiel. Il a d'abord beaucoup défendu, sans jamais compter ses efforts. Lui qui avait pour mission « de s'occuper du piston » n'a pas chômé face au Camerounais Ngouyamsa, souvent très offensif.

« On peut être fiers de nous »

Et c'est lui qui, en première mi-temps, au plus fort de la domination du FCMM, a obtenu les deux premières grosses opportunités mais un contrôle manqué (15e) puis Baptiste Reynet (16e), le portier dijonnais, ont contrecarré ses desseins. « Sur la première occasion, je contrôle et le ballon part… Peut-être que j'aurais pu reprendre directement mais tout va vite, on a une seconde pour réfléchir. Sur la deuxième, je frappe sur Reynet. » Et il y avait peut-être mieux à faire là encore, Tournier et Benchagra attendant une offrande. Toujours plus facile à écrire qu'à réaliser…

« Honnêtement, je ne pensais pas que l'on aurait autant d'occasions. J'en ai eu, ‘‘Lulu'' (Tournier) aurait pu égaliser en fin de match, Max (Bonnet) et Rémi (Bonnet) ont également été dangereux… », observait Journot, qui, à 22 ans, veut se servir de ce match pour grandir. « On apprend », disait-il, « on a pris de l'expérience et peut-être que l'on reviendra un jour avec ce vécu en plus… L'aventure s'arrête mais je suis fier de l'équipe. On peut être fiers de nous. »

Morteau-Montlebon (N3) - Dijon (L2) : 0-2

Montlebon (stade Henri-Schaller). Mi-temps : 0-0 Arbitre : M. Djedid. 2.050 spectateurs (guichets fermés).

Les buts : Ecuele Manga (69e), Arli (90e+2).

Avertissements : R. Bonnet (58e) à  Morteau-Montlebon. Panzo (87e) à Dijon.

Les équipes :

Morteau-Montlebon : K. Fraichot - Villemain, Marguier (Parent, 46e), Bertin-Mourot, Tebourbi - M. Bonnet (Moureaux, 89e), R. Bonnet, Glangine (Marguet, 68e) - Benchagra (Gaume, 68e, Waïlo, 74e), Tournier, Journot.

Dijon : Reynet - Ngouyamsa, Touré, Ecuele Manga, Panzo, Belhadji - Ahlinvi, Arli, Sammaritano - Dobre (Y. Soumaré, 46e), B. Soumaré