Le covoiturage dans l'Arc jurassien

Découvrez notre carte interractive

Par ici
Il y a 100 ans, l’inauguration du monument aux morts
1 novembre 2022

Il y a 100 ans, l’inauguration du monument aux morts

Culture

La cérémonie du 11 novembre prochain sera particulière devant le monument aux Morts qui a tout juste 100 ans. Comme toutes les communes de France, Morteau commémore ses enfants disparus pendant la Grande Guerre. Plaques ou monuments sont alors les gardiens de cette mémoire.

En octobre 1920, nos édiles faisaient le choix d’un monument, et en mars 1921, avec les familles des victimes, ils retenaient le projet de Louis Hertig et Georges Serraz, anciens élèves de l’école des Beaux-arts de Besançon. Ce mémorial fut inauguré officiellement le 1er  novembre 1922, place de la mairie.

C’est une œuvre figurative qui tient son originalité dans son réalisme brutal : « Le groupe de Morteau témoigne de façon réaliste la tragique réalité des combats : quatre poilus se sont rués hors de la tranchée, pétrifiés dans l’élan de l’attaque. L’un, étendu la face dans la boue a déjà succombé. Le deuxième, tête nue, portant la main à son front, va s’effondrer, blessé à mort. Quant aux deux autres provisoirement rescapés, le visage torturé, bouche ouverte sur un cri de haine, ils s’apprêtent à bondir, la main crispée sur le fusil, ou puisant dans la musette à grenades », commente le docteur Claude Bonnet dans son ouvrage  Les monuments aux morts dans le département du Doubs.

Jusqu’en 2008, le monument aux morts se situait à l’angle de la place de l’Hôtel de ville et regardait le haut de la Grande Rue. À l’occasion du réaménagement du quartier de la mairie, l’esplanade du 24 août 1944 a été créée et le monument y fut déplacé de quelques mètres seulement.

Sur le devant du socle, sur six stèles en marbre gris, sont gravés les noms des 146 enfants de Morteau morts pour la France. Ils sont inscrits à peu près dans l’ordre des dates de décès au cours des années 1914 à 1920. Notons qu’il existe au moins une tombe d’un soldat mort pour la France au cimetière de Morteau dont le nom n’est pas inscrit sur le monument aux morts.

Sur les côtés sont gravés les noms des morts pour la France de la Deuxième guerre mondiale, de la guerre d’Algérie et des victimes civiles déportées dans les camps d’extermination nazis.

Le monument aux morts à 100 ans. Il fut officiellement inauguré le 1 er novembre 1922. C’était son premier emplacement.  Photo ER /Collection Bernard Lamber