Le covoiturage dans l'Arc jurassien

Découvrez notre carte interractive

Par ici
Jean-Louis Perrin : « Un peloton d’une qualité jamais atteinte »
25 août 2021

Jean-Louis Perrin : « Un peloton d’une qualité jamais atteinte »

Sport

Le premier dimanche de septembre, Jean-Louis Perrin accueillera plusieurs leaders du cyclisme mondial entre Morteau et Pontarlier. Un peloton labellisé 5 étoiles qui conclura dans le Haut Doubs un triptyque franc-comtois.

Dimanche 5 septembre

« L’autre jour, ça m’a fait plaisir de voir Rein Taaramäe remporter une étape de la Vuelta. Je n’oublie pas qu’il a gagné le Tour du Doubs. » Comme tout organisateur, Jean-Louis Perrin regarde les courses avec un œil particulier. Il est plus attentif à ceux qu’il a côtoyés sur sa course et qui l’ont marqué.

Pinot, Quintana, O’Connor et l’équipe de France espoirs

Il apprécie aussi les coureurs avec qui il peut échanger en toute simplicité via quelques textos à l’image de Julien Simon, « qui m’a confirmé qu’il serait encore là cette année », ou Simon Pellaud. « Celui-là, c’est un bon type. Dommage qu’il ait cassé son vélo dans le sprint en 2019 … C’est beau de le voir sans cesse à l’attaque sur le Giro », souligne Jean-Louis Perrin à propos du coureur d’Androni qui portera les couleurs de Trek en 2022.

Cette année, il retrouvera aussi Thibaut Pinot , David Gaudu, Anthony Perez, Benoit Cosnefroy, Quentin Pacher, Aurélien Paret-Peintre ou Pierre Latour mais découvrira aussi Nairo Quintana et Ben O’Connor. « On a un plateau d’une qualité jamais atteinte les saisons précédentes. Mais j’apprécie aussi beaucoup la présence d’espoirs tels que ceux de l’équipe de France U23 qui sera même à Arc-sous-Cicon pour s’entraîner dès le début de la semaine prochaine. »

Le label Coupe de France

Ces hommes concluront sur le relief du Haut Doubs leur week-end franc-comtois après la Classic Grand Besançon et le Tour du Jura. « Si le Tour du Doubs possède le label Coupe de France, le fait d’avoir un bloc de trois jours de courses ne peut qu’aider même si les coureurs ne disputeront certainement pas tous les trois épreuves. Ça incite en tout cas les patrons d’équipes à aligner plus facilement leurs meilleurs coureurs. »

Concernant le parcours, Jean-Louis Perrin n’a pas apporté de modifications par rapport à 2020. « Il avait beaucoup plu l’an passé, cela avait ménagé le suspense jusqu’au bout. Et pour une épreuve de près de 3.000m de dénivelé, on avait encore près de 120 coureurs à l’arrivée. On changera l’an prochain », prévient toutefois Jean-Louis Perrin prêt à donner le départ de l’édition 2021.