Le covoiturage dans l'Arc jurassien

Découvrez notre carte interractive

Par ici
Objectif Cannes pour Jules Gouillon et Théo Mairot
15 janvier 2022

Objectif Cannes pour Jules Gouillon et Théo Mairot

Culture

Jules Gouillon et Théo Mairot réalisent et jouent dans leur futur court-métrage. Avec un petit budget mais beaucoup d’imagination et de créativité, ils rêvent d’être sélectionnés pour le prochain festival de Cannes.

Que les voisins ne s’inquiètent pas, s’ils parlent fort, c’est qu’ils répètent pour tourner leur prochain court-métrage. Jules Gouillon, 25 ans, et Théo Mairot, 20 ans, ont la fougue de la jeunesse. Ils se sont mis en tête de produire un film d’environ 15 minutes et de l’envoyer au festival de Cannes cette année.

Cette semaine, ils tournent à Vesoul, dans l’appartement de Jules Gouillon et en extérieur, puis iront ce week-end réaliser d’autres images à Besançon. Leur film Indomptable va raconter l’histoire de Marco, 20 ans, star sur les réseaux sociaux, suivi par les caméras de télévision pour un reportage parce qu’il vient en aide aux SDF. « On coréalise et on joue tous les deux. Je suis le journaliste et Théo incarne Marco. On filme les gens dans la rue et on les floute pour faire croire à un documentaire », livre Jules Gouillon. Les deux amis ont déjà une petite expérience en matière de réalisation et disposent du matériel nécessaire. « On a un budget de 15 000 €. C’est un challenge pour nous », ajoute-t-il. En revanche, ce qui ne sera pas du cinéma, c’est qu’ils vont aider les SDF rencontrés en leur donnant des vêtements ou des produits alimentaires et d’hygiène. « On veut faire passer un message », glisse-t-il, en portant un regard de cinéaste sur les injustices.

La passion du cinéma les réunit

À 25 ans, Jules Gouillon est passionné de cinéma et a créé sa société Bad Kid Production . Recouverts d’affiches, les murs de son appartement en sont témoins. Il est d’ailleurs en charge de la communication au sein du Fica aux côtés du couple Thérouanne. « J’ai bossé avec Marc Haaz. C’est lui qui m’a donné envie de faire du cinéma », dit-il, en se remémorant quelques anecdotes savoureuses du festival de Cannes. Passionné de musique également, il anime des soirées pour « faire bouillir la marmite ».

Assis à ses côtés, Théo Mairot boit ses paroles, en rêvant de ce festival mythique. Ce qui l’attire dans ce métier, « c’est la créativité ». Son diplôme de maître chocolatier en poche pour assurer ses arrières, il a décidé de « tenter sa chance ». Le cinéma et la réalisation, il les a appris en autodidacte. Il a coréalisé et joué dans un long métrage intitulé Génération Z et projeté à  Morteau en octobre dernier.

Les deux complices devront donc livrer leur court-métrage avant le 3 mars prochain. Ils seront en lice avec plusieurs milliers de candidats. Même s’ils ne sont pas retenus, ils savent déjà qu’ils se rendront à Cannes, ensemble, bien décidés à faire parler d’eux !